mardi 28 : Saint-Herblain, Vallet, Héric, Châteaubriant, Nantes le Cinématographe, Ancenis

Saint Herblain , le Lutétia  "It must be heaven" ​

Cent spectateurs sont venus voir le film d'Elia Suleiman "It must be heaven" au cinéma Le Lutetia de Saint-Herblain, mardi 28 janvier 2020.
Le film a sans doute un peu dérouté le public en manque de repères pour comprendre les messages du réalisateur et a plutôt réservé ses impressions et questions autour de la table de presse. Celle-ci a bien fonctionné tant pour la vente de brochure, cahier, livre et bière que pour signer la pétition pour l'embargo des produits des colonies. Une belle soirée avec une assistance deux fois plus importante que la semaine dernière; le réseau militant local a joué son rôle.

Cinéma associatif Le CEP à Vallet

50 adultes et un dizaine d’enfants ont assistés à la projection de Wardi. Beaucoup de membres ou de sympathisants de l’afps dans la salle. Après le film , les enfants ont posé plusieurs questions.Une spectatrice nous a livré un témoignage émouvant sur le Liban, pays où elle a vécu à la fin des années 70 - début des années 80 . Elle a aussi par la suite passé plusieurs mois dans un kibboutz (d’extême-gauche) afin de rencontrer des Israélien-ne-s .Après ça le débat s’est tourné vers l’actualité et la résistance Palestinienne. 
À la sortie nous avons fait signer la pétition et récolté des contacts de nouveaux sympathisants. La table de presse a bien fonctionné, plusieurs ouvrages ont changé de mains ! L’huile et la bière se sont aussi très bien vendus. 

au Gén'éric, à Héric  consacrée à la projection de "It must be heaven" a réuni une soixantaine de personnes dont 1/4 environ hors réseau. Au total, sur les quatre séances, il y a eu 200 spectateurs, à quelques unités près. C'est évidemment beaucoup plus que les éditions précédentes. 

Après la séance, un débat très riche a eu lieu, très centré sur le film, ce qui est assez inhabituel. En effet, ce film n'a laissé personne indifférent, avec des réactions assez partagées et des questions nombreuses sur ses messages, l'écriture de son vécu de palestinien par son auteur, sa vision de la société occidentale, ses qualités cinématographiques. Une bonne soirée pour conclure une séquence héricoise très encourageante. 

Nantes au Cinématographe75 personnes pour assister à la projection du film « Intervention Divine » d’Elia Souleiman. Public mêlé de Cinéphiles, néophytes et acquis à la cause Palestinienne qui sont en grande majorité restés pour le débat animé par Suzanne.. Le film en a dérouté certains...Parabole de la cocotte minute à la fin du film, « c’est bon, ça doit être prêt maintenant »… nous étions en 2001-2002… l’Intifada n’avait pas encore commencé… le mur n’existait pas encore…Elia Souleiman, un visionnaire ?

A noter :  présence dans la salle d’une personne, Clown, qui est partant pour aller se produire bénévolement en Palestine. Une forme de solidarité qui sera appréciée.

Châteaubriant à L'Emeraude  : Le Char et L’olivier
Présence du réalisateur devant une salle pleine : 150 personnes. On a refusé du monde  entre 25 à 30 personnes ! ...une seconde programmation est envisagée par le cinema. Très bonne collaboration avec la presse locale : articles et photos qqs jours avant sur Presse océan et Ouest France, l’Eclaireur, La mée socialiste. Panneau affichage ville de Châteaubriant. Distribution des flyers en sortie de différents spectacle (par ex; ceux de La folle journée) et réunions.

Débat animé principalement Roland Nurier, très apprécié, Afps44 et Comite Palestine : Questions variées centrées sur le film , l’histoire, les causes du conflit et la faiblesse des réactions des médias un peu la vie quotidienne en Palestine et Gaza .Bonne participation au débat et questions de tout ordre en relation avec le film. Pas mal de public nouveau et des élus de plusieurs communes locales.

Une soirée portée comme à Nozay par l'Association France Palestine Solidarité 44 et Comité Palestine Israêl Châteaubriant

A Ancenis, l'Eden : Wardi

Nous ferons mieux l'an prochain si l'actualité des réunions politiques ne vient pas perturber notre soirée. Une trentaine de spectateurs tous restés au débat axé sur les réfugiés sujet du film,, leur histoire, leur situation au Liban et dans les différents pays... et leurs droits non reconnus.  Le plan Trump - Nétanyahou- Gantz  de dépossession et d'annexion qui venait d'être annoncé a été abordé . Impunité d'Israël alors que des sanctions s'imposent de la part de la France, de l'Europe, d'où le BDS et l'interpellation des élus, avec des succès comme pour le tramway colonial.

Date de dernière mise à jour : 29/01/2020