Héric, Chapelle-B-M, Pornic

Heric

A Héric, 41 spectateurs dont une majorité d’adhérents ou sympathisants et quelques jeunes…Débat et échanges d’une heure avec Anne Paq sur le film avec élargissement sur la situation politique et nos actions.

 

Heric1

Heric " Gaza mon amour "

50 personnes. Fréquentation habituelle par rapport aux autres années. Plusieurs personnes ont participé aux trois séances. Le débat a été difficile à engager bien que tout le monde soit resté jusqu’à la fin.
A noter sur la participation aux 3  séances : une majorité de sympathisants et adhérents et 20-25 % (?)
de personnes qu’on ne voit pas d’habitude.

Pornic salles St-Joseph et Toiles de Retz

30 janvier : 52 personnes un dimanche après-midi pour "One More Jump" en présence du distributeur. Celui-ci a bien présenté les origines de ce film - la rencontre en Italie de Abdallah par hasard - et le projet de monter un documentaire sur le Parkour à Gaza. Un montage associe la liberté par le Parkour et l'enfermement à Gaza, bien documenté, alors que la vie de Abdallah se complique après un accident, en Italie. Il a pu apporter des précisions sur  les années qui ont suivi la réalisation du film. Abdallah est soigné et va mieux, Jedah a pu sortir de Gaza pour présenter son film en Italie. Le film a été montré à Gaza.

Un excellent film pour illustrer la vie malgré le blocus, montrer les déchirements de l'exil, la Palestine perdue. Un long temps d'échange a suivi : l'occasion de préciser le contexte de la colonisation, de l'occupation Israël-Palestine, de parler du blocus, des "marches du retour", de démonter les représentations sur le discours de l'occupant. Et d'annoncer nos prochaines actions BDS et ICE ( Initiative Citoyenne Européenne).

Pornic sj

Jeudi 3 fevrier : 50 personnes. C'est un beau succès : jour de semaine et contexte. Des personnes de tout le Pays de Retz ( Machecoul et St-Pere) Des membres du CCFD-TS44 présents dans la salle. Un tres bon film assez dur : un scénario qui donne beaucoup d'informations sur Jérusalem et illustre encore mieux les différences entre Israéliens juifs, Palestiniens d'Israël et Palestiniens de Cisjordanie. Deux très beaux portraits de femmes : une juive l'autre palestinienne et qui communiquent en anglais. Logique !

Un échange ensuite sur BDS * , l'apartheid institutionnalisé de l'Etat israélien, les femmes dans les deux sociétés. La durée du film limite le temps de l'échange.--------------------

BDS * Entendu fréquemment : "L'appel à boycott des produits israéliens ou même seulement des produits des colonies  prive les travailleurs palestiniens d'emploi dans les colonies et Israël. Alors que pour les dizaines de travauilleurs qui passent le mur tous les jours, c'est une nécessité Ils ont besoin des salaires des employeurs israéliens."

Paradoxe apparent

  • BDS est un appel de la société civile palestinienne
  • BDS est encouragé par des anticolonialistes israéliens Car le face à face n'apportera rien sans rapport de force de l'extérieur
  • BDS fait parler de la situation d'injustice qui pèse depuis plus de 70 ans
  • Et la liberté l'exigence de droits humains et politiques passe avant
  • Les org internationaux chiffrent à autour de 47 milliards ce que coûte l'occupation et la colonisation aux Palestiniens en 18 ans  https://news.un.org/fr/story/2019/12/1057291
  • Et sans doute d'autres arguments !

La Chapelle Basse-Mer:

"Gaza mon amour" 

27 entrées payantes plus 5 bénévoles et 2 intervenants. La moitié est restée au débat ( qui n'avait pas été annoncé par les responsables du ciné) qui s'est poursuivi à la table de presse avec vente de livres, signatures de la lettre à Macron sur l'Apartheid , prise de flyers sur Gaza, tracts...

Date de dernière mise à jour : 06/02/2022