Une bouteille à la mer de Gaza

Un livre trompeur,

 à déconseiller.

Valérie ZENATTI, 2005

Ce livre est une tromperie : c’est soit disant une tentative de l’auteur "de traverser la frontière et de s’identifier aux deux peuples", il faut, malheureusement, le dire clairement : la posture annoncée par V. Zenatti n’est pas respectée. Son parti pris pour Israël est visible, presque grossier pour qui connaît la réalité de la situation. Ce livre conforte nombre d’idées reçues et clichés sur les deux peuples et leurs réalités. Il trompe des lecteurs de parfaite bonne foi.

Il a été et est abondamment relayé dans les milieux scolaires, des bibliothèques et librairies, notamment pour la jeunesse.

A travers les deux jeunes personnages, Tal, l’Israélienne et Naïm, le Palestinien , quelles images des deux peuples ?

  • Toute l’évocation d’Israël est positive. Tous les Israéliens décrits sont « pour la paix » et respectueux des arabes*. Pas un colon, pas un raciste, pas un patron abusif, pas un juif intégriste, juste des "juifs pieux en habit noir".
  • L’image de la Palestine est négative et stéréotypée. La réalité de l’occupation est occultée. Rappelons, même si cela va de soi, que ce "Palestinien" n’est qu’un artifice d’écriture et que ce sont les opinions de l’auteur que nous lisons !

Dans une interview, V.Zenatti dit que pour les besoins de la fiction, elle a voulu qu’un des deux "personnages soit cynique, haineux" et ... le personnage "haineux", c’est le Palestinien !

Date de dernière mise à jour : 13/01/2018