Abdul Rahman Katanani

Abdul Rahman Katanani est un réfugié de la troisième génération. Il est né et vit dans un camp de réfugué à Sabra au Liban.

« Les enfants s’en fichent, ils font jeu de toutDonc j’ai commencé avec du fil de fer barbelé. J’en ai découvert la beauté. Si on a peur, on ne peut pas le connaître. Le barbelé c’est un peu le symbole de ce qui est en chacun de nous, qui fait barrage. C’est l’impossibilité de franchir l’espace des différences géographiques, religieuses, communautaires… ».

Son travail, « c’est une façon de rechercher et de trouver sa liberté. Si tu n’es pas libre, tu ne peux pas obtenir la liberté de la Palestine ».

Parlant du fil barbelé qui nourrit largement ses créations, il dit : « Il me fait mal quand je travaille avec lui, mais le travailler me procure le plus grand plaisir. »

 

Vague

La vague

  

« Le concept de liberté est d’après moi constamment en mouvement »

"Il m’a fallu trouver ma propre technique ! Et je l’ai rapidement trouvé dans l’environnement du camp : le recyclage de matériaux puis l’assemblage. C’était un processus chaotique mais cela faisait sens et me permettait d’assembler toutes sortes de matériaux : métal, plastique, objet, tissu, peinture…  

Cerf volant

"Cerf-volant" 

Sans nom

Sans nom

 

"Mon travail parle de lui même et pour moi. Il y a certaines œuvres que je ne nomme même
pas tant cela me paraît évident. Je préfère me dire que le public visitant mes expositions va être intrigué par mes œuvres parfois provocantes et faire des recherches de lui-même."

"Concernant la définition de l’artiste, je renvoie aux quelques mots prononcés par Bergson :

“C’est un homme qui voit mieux que les autres, car il regarde la réalité nue et sans voiles.”

J’ajouterais que l’artiste ne voit peut-être pas “mieux” : mais il prend le temps de voir ce qu’il y a réellement à voir."

 

Barbele

"Sauter par dessus le fil barbelé"

 

Date de dernière mise à jour : 12/10/2019