juin 2018 : Informer et exiger le désinvestissement des " banques ..."

Cinq groupes financiers français sont en "liaisons dangereuses avec la colonisation". Nous alertons les Délégations régionales pour qu'elles transmettent à leur siège national.

  • Le 12 juin l'AFPS44 et le CCFD-TS44 sont reçues par la Caisse Régionale 44-85. Nous demandons à ses responsables  de communiquer les 1200 cartes postales d'alerte et d'exigence de retrait de AMUNDI, filiale du CA de tous ses investissements en relation avec la colonisation.

  • Le 13 juin, 11 adhérents de l'AFPS44 distribuent un peu plus de 700 tracts au personnel du Siège régional ( 800 salariés). La banderole reste visible du pont qui passe au dessus de la Route de Paris. Tract credit agricole 13juinTract credit agricole 13juin (122.45 Ko)

  • suite de notre action : le 20 juin, 3 membres du bureau de l'AFPS44 rencontrent des responsables des Directions régionales des banques autres que le Crédit Agricole qui nous avait reçu la semaine dernière. Ceci au nom des Associations de la Plateforme44 des ONG pour la Palestine. Sont remises les photocopies des 1200 cartes postales avec le livret-rapport mars 2017 plus une carte postale-type plus la lettre de demande de transmettre aux directions nationales. Chaque direction a bien sûr reçu il y a quelques mois, une lettre, voire plusieurs les alertant en ajoutant que de leurs sociétaires ou clients ils pourraient recevoir des courriers. Hasard des services d'accueil, la personne en charge chez AXA du tri du courrier a pu attester.  Les responsables rencontrés se sont engagés à remonter aux services nationaux notre exigence de désinvestissement. 

  • les 26 et 27juin : à Pornichet deux associations avec 11 militants : l'AFPS44 et le Comité Solidarité Palestine de la Région nazairienne. Les drapeaux palestiniens ont masqué les flammes de la banque.

    Nous avons rencontré une des organisatrices avant l'ouverture des portes pour lui remettre le tract le livret et une carte postale pour transmission à leur hiérarchie et expliquer pourquoi on exige le désinvestissement de Natixis. Autour de 150 personnes et autant de tracts distribués.
    Accueil correct et expression de sympathie d'une bonne dizaine de personnes. L'une d'entre elle s'est proposée de poser une question en rapport avec le tract.Le vigile a informé la police. Un des responsables de la soirée a fait des photos ... de loin.
    Nos images ci-dessous.
    A Orvault : 4 à 500 personnes
    . Pendant 1H3O, 5 militant(es) ont diffusé le tract bien reçu par un public assez agé en général . Transmission du dossier par l'intermédiaire d'un des organisateurs peu réceptif à la différence de salariés ou de chefs d'agences acceptant facilement le tract et un début de discussions. Quelques sociétaires intéressés par notre démarche, rares refus.
Image2 2
Image4 1

Informer les salariés

La banderole sur la voie rapide

Img 3646rd
Img 3648rd

A Pornichet : entre 120 et 150 tracts distribués.