Billets de france-palestine-solidarite44

  • La Semaine du film à Bouguenais : Wardi

    51 personnes ce soir, le cinéma nous a demandé de limiter le débat pour permettre le film suivant : peu de questions mais celles  d'un  garçon de 11 ans. On pourra reparler de ce film lors de sa sortie nationale le 28 février. Le film est d'une très belle facture, il a plu au public.
    • La question  du garçon : " pourquoi ils construisent en hauteur car les avions peuvent plus facilement les attaquer ? "
    • la réponse à ce jeune garçon de 11 ans dans la salle après le débat car pour des raisons de temps, tout le monde était sorti "imagine un terrain grand comme 10 terrains de foot, 100O personnes viennent y habiter, 10 ans après ils sont 1500 puis 20 ans après 3000, ils n'ot pas le droit de sortir du terrain, alors ils construisent vers le haut, toujours plus haut au fils des générations, arrière grandpèez, papi,, parfois les oncles et tantes etc,
    • réponse du petit garçon "alors c'est une maison de famille"

    Lire la suite

  • "La terre parle arabe" au Cinematographe à Nantes

    Encore une belle affluence (une bonne centaine de personnes) au Cinématographe pour la projection de l’indispensable « La terre parle arabe » qui permet de mieux comprendre les origines et l’actualité du conflit israélo-palestinien. En présence de Maryse Gargour, réalisatrice du film  et de Sandrine Mansour qui a collaboré au film, le débat a été riche et a duré plus d’une heure. Maryse Gargour s’est félicité de la forte présence de jeunes qui n’ont pas hésité à prendre la parole. Les éclaircissements de Sandrine et Maryse ont encore une fois captivé l’assistance.

    Un témoignage :  Avis personnel pour avoir assisté  à l'autre débat hier soir au Cinématographe suite à la projection de " la terre parle Arabe" : un exposé complet sur le contexte,....  qui entre dans une logique de l'éducation populaire indispensable  pour nous éclairer et nous "armer" face au déferlement médiatique....

     

    Lire la suite

  • A Pornic, la Semaine du film palestinien

    Samedi : 49 places payantes pour 53 personnes qui assistent et participent au débat. Seconde séance de la Semaine dans une autre salle associative : le St-Joseph de Sainte-Marie/Mer. A 17 heures c'est un public différent, avec quelques jeunes, qui vient voir un film attachant, sensible et  réussi : Wajib. Commes les autres séances l'AFPS44 est associée au CCFD-TS44 particulièrement actif sur le territoire.

    Ce beau film permet de faire connaître de façon subtile la situation des Palestiniens d'Israël. Et c'est sur cette aspect de la société israélienne que porte presque exclusivement le débat avec des questions de fond : l'histoire de la dépossesion, la Naqba, le refus de regarder le passé pour de nombreux Israéliens, la loi sur l'Etat-nation du peuple juif est présentée avec toutes ses conséquences. Il est rappelé que seul le respect du Droit international permetra aux deux peuples de vivre côte à côte.

    A relever par ce qu'elle est particulièrement utile l'affichage sur l'écran des 4 cartes pendant le débat. Une dégustation de zatar sur mie de pain trempée dans l'huile d'olive termine la soirée. Ce fut apprécié. A noter la convergence des énergies et l'excellent accueil du St-Joseph qui a tout fait pour cette réussite.

    Dimanche au St-Gilles la 3ème et dernière séance : un public plus claisemé ( 30 personnes payantes) pour un film qui décrit une belle action de résistance pendant la 1ère Intifada. Occasion dans le débat de parler des formes de résistance ,on-violente d'aujourd'hui : par ex la coop^érative Al Sanabel. Des contacts approfondis après la séance, à prolonger. Certes l'idée que "ça n'évolue pas, que tant les Etats-Unis ... " est ancrée, les films permettent peut-être de corriger ces représentations.

    Lire la suite